Le judo

Qu'est-ce que le judo ?

 

 

     Le judo (  jūdō, littéralement voie de la souplesse) est un art martial et un sport de combat d'origine japonaise (budō), fondé par Jigoro Kano en 1882 Il se compose pour l'essentiel de techniques de projection, de contrôle au sol, d'étranglements et de clefs.

     Le lieu où l'on pratique le judo s'appelle le dojo (  dōjō, littéralement lieu d'étude de la voie). Les pratiquants (les judoka) portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, souvent appelée à tort kimono, qui est le nom générique de la tenue traditionnelle japonaise. Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, un judoka peut avoir un judogi bleu à tous les niveaux de compétitions (si le judoka n'a pas de judogi bleu, la distinction se fera à l'aide de ceinture rouge ou blanche). Pour les compétitions à partir du niveau national, l'un des deux judokas doit revêtir un judogi bleu. Le judo se pratique pieds nus sur un tatami. Le judo est également un sport olympique.

 

Histoire:

 

Le Judo, une inspiration de la nature:

     En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort.
     S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigoro Kano posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le Judo, littéralement « voie de la souplesse ».
 
    En proposant un développement physique, moral et spirituel, le Judo permet aux judokas de s’épanouir en harmonie avec eux-mêmes et surtout avec les autres.
     En France
, le judo apparaît dans les années trente, mais il se développe surtout après la deuxième guerre mondiale sous l’impulsion de Maître  Kawaishi et de Paul Bonét-Maury, président-fondateur de la Fédération Françase de Judo en décembre 1946.

L’affirmation d’une discipline sportive :

     A partir des années 60, le courant sportif devient dominant. Le judo est inscrit au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. Brillants lors des compétitions européennes, les judokas français obtiennent leurs premiers succès en 1972 aux Jeux de Munich, puis au Championnat du monde de Vienne en 1975 où Jean-Luc Rougé devient le premier champion du Monde français. Le judo féminin a fait son entrée dans le programme olympique aux Jeux de Séoul en 1988 comme sport de démonstration avant d'être définitivement accepté à partir des Jeux de Barcelone en 1992.
     Depuis, les résultats français n’ont fait que progresser tant chez les garçons que chez les filles. En 2000, aux Jeux Olympiques de Sydney, David Douillet devient le judoka le plus titré de tous les temps (4 fois Champion du Monde et 2 fois Champion Olympique).

     Franchi en 2003, le cap des 580 000 licenciés place la FFJDA comme la troisième fédération 'olympique' en France.Cette reussite est l'histoire d'une passion partagée depuis toujours par tous les acteurs du Judo Français, dirigeants, professeurs et pratiquants dans le respect des valeurs morales conformes à l'éthique du Judo.
  

     Le judo est l'art martial le plus pratiqué en France, devant le Karaté et l'Aikido. Il est le quatrième sport le plus pratiqué en France en 2007 avec 550 000 licenciés et 5 547 clubs.  En 2006, la Fédération Internationale de Judo compte 189 pays membres. Dans le monde, le judo est le troisième art martial le plus pratiqué derrière le karaté et le taekwondo avec 8 millions de pratiquants.

    

Code moral:

La POLITESSE, c'est le respect d'autrui

Le COURAGE, c'est faire ce qui est juste

La SINCERITE, c'est s'exprimer sans déguiser sa pensée

L'HONNEUR, c'est être fidèle à la parole donnée

La MODESTIE, c'est parler de soi-même sans orgueil

Le RESPECT, sans respect aucune confiance ne peut naître

Le CONTRÔLE DE SOI, c'est savoir se taire lorsque monte la colère

L'AMITIE, c'est le plus pur des sentiments humains.

 

 

 

Les grades:

     Les grades sont attribués à un pratiquant et permettent d'évaluer son niveau technique, son efficacité en combat, son degré d'ancienneté ainsi que ses qualités morales, ce qui correspond au respect scrupuleux du code moral ainsi qu'un investissement suffisant dans la pratique. Sans le minimum de respect des règles exigé, aucun judoka ne peut prétendre à l'obtention d'un grade.

ceinture blanche (6e kyu)

ceinture blanche-jaune

ceinture jaune (5e kuy)

ceinture jaune-orange

ceinture orange (4e kyu)

ceinture orange-verte

ceinture verte (3e kyu)

ceinture bleue ( 2e kyu)

ceinture marron (1er kyu)

ceinture noire (du 1er au 5e dan)

ceinture blanche-rouge (du 6e au 8e dan)

ceinture rouge (9e et 10e dan)

blanche à bord large (11e et 12e dan)

 

A noter que seul Jigoro Kano a obtenu la ceinture blanche large à titre posthume.

×